[PUTACLIC] Les femmes ont besoin de plus de sommeil parce que leur cerveau exécute plus de tâches en même temps

Si ça c'est pas meugnon tout plein. Ça a été repris par plein de sites: slate, maxisciences, 20 minutes, rtbf, etc.
On va se faire une petite lecture commentée de celui de Slate qui est le plus gratiné. Vous allez voir ça commence fort:

Les femmes dorment plus

Les femmes dorment plus que les hommes, selon l’application Sleep Cycle, qui a rassemblé pendant dix mois des données de près de 941.000 utilisateurs, dans 47 pays différents

Et les plus grosses marmottes du monde se trouvent en France ainsi qu’en Finlande et aux Pays-Bas. Les Françaises dorment en moyenne sept heures et vingt-six minutes, contre sept heures douze pour leurs homologues masculins


Alors autant j'ai rien à redire sur la taille de l'échantillon, autant les gens qui installent sleep cycle... c'est quand même une population qui comprend probablement plus de personnes avec des problèmes de sommeil que la moyenne. Or se baser sur une population à problème pour étudier le cas général, c'est comme si je prétendais étudier le diabète d'une population en testant les clients de McDo... c'est un peu biaisé quoi.
Ensuite pour installer l'application...il faut un smartphone, donc les pauvres sont pas pris en compte (racisme social tout ça)... ok ça c'est un peu du troll.
Une autre chose à remarquer c'est que l'application sleep cycle sert justement à reveiller l'utilisateur au moment le plus optimum. Donc c'est bizarre de dire qu'ils observent que les femmes dorment plus sachant que ce sont eux qui "choisissent" de les réveiller à cette heure là. Ils devraient dans ce cas plutôt dire que leurs algorithmes observent que les femmes ont besoin de plus de sommeil, mais le temps de sommeil ne dépend plus de l'utilisateur (puisqu'il en confie la gestion à l'application).

Donc voilà, tranquilou pépère on commence avec des données de base pas fiables.
Et ça continue avec un magnifique graphique pour illustrer ça :


Alors y a un petit problème avec ce graphique. Prenez un peu de temps pour le regarder...
...
...
Rien ne vous choque?
Il s'est passé quoi le Samedi là? Les femmes dorment seulement 23 minutes de plus (soit 5% de plus que les hommes) mais le dépassement de leur barre est complètement disproportionné (limite 15-20%):
Du coup j'ai refait le graphique avec les bonnes proportions (avec les minutes en abscisse) :


Tout ça pour dire que les données ne sont pas très fiables pour savoir si les femmes dorment plus ou pas, mais en plus, elles sont mal présentées.
Ça n'empêche pas que c'est tout à a fait possible que les femmes dorment plus (mais il faudrait plus que ces données pour s'en convaincre).

Les femmes ont besoin de plus de sommeil

Un autre aspect intéressant de l’étude concerne l’humeur matinale, que chaque utilisateur de l’application peut indiquer au réveil. Ce sont les Japonais et Japonaises, les Sud-Coréens et les Sud-Coréennes, les Singaporiens et Singaporiennes qui sont les plus mécontents au lever.
Faut-il en conclure qu’ils sont les moins «durs au mal» et les plus râleurs par nature? Non, car les Japonais sont aussi ceux qui dorment le moins (moins de six heures par nuit), ceci justifiant donc certainement cela...


La même explication s’applique d’ailleurs certainement aux femmes, qui, bien qu’elles dorment plus que les hommes en moyenne, selon les données de l’application, sortent des bras de Morphée dans un plus mauvais «mood» que leurs compagnons.



"Ceci justifiant donc certainement cela" ??? Ah ouais c'est rigoureux ça dis donc. Ils tombent en plein dans le piège de l'effet cigogne qui consiste à considérer que corrélation = causalité (voir ici pour l'article que j'avais fait dessus).

Il peut y avoir une tetrachiée de raisons d'être de mauvaise humeur au réveil (par exemple si on doit aller travailler pour Manuel Valls, si on a fait un cauchemar (où l'on travaille pour Manuel Valls), si on est malade, etc.).

En déduire gratos comme ça que c'est à cause du manque de sommeil et s'asseoir sur les autres variables... d'un point de vue scientifique, c'est même plus de la merde, si la merde pouvait manger et chier après... ce serait ça.

Plusieurs études ont en effet montré que les femmes ont besoin de plus de sommeil, notamment pendant le cycle menstruel.


Sachant que les menstruations stressent le corps, oui c'est pas très incroyable qu'il faille plus de repos.

N’allons cependant pas en conclure que les femmes seraient moins performantes par rapport aux hommes, à cause de ce surcroît de besoin de sommeil. D’après une étude menée par des chercheurs américains de l'université Duke, en Caroline du Nord, si les femmes en ont plus besoin, c’est parce que leur cerveau exécute plus de tâches en même temps et a donc besoin de plus de repos pour récupérer de son activité. C’est donc, d’une certaine manière, le revers de leur plus grande performance...

Déjà quand tu cites une étude, t'essayes de donner le lien vers la publication originale. Ces glands te filent un lien vers le site de maxisciences qui ne donne aucun lien non plus vers la publication. Ils recitent un article de The Australian qui est juste une liste de citations non contextualisées qui n'inspirent pas vraiment confiance...
(Profession journaliste: plagier des articles non sourcés).

Donc ça commence par quelques lignes sur une étude de l'Université de Duke qui conclut que les femmes souffrent plus que les hommes, physiquement et psychologiquement, de la privation de sommeil.
ça ok.

Mais après on te file que des citations de deux mecs qui sont pas de cette université et qui n'ont pas participé à l'étude :
L'expert du sommeil Michael Breus qui dit que: "Nous avons constaté que les femmes étaient plus dépressives, montraient plus de colère et d'hostilité tôt le matin"
Et Jim Horne, directeur du centre de recherche sur le sommeil de l'Université de Loughborough en Angleterre, qui dit plein de trucs:
"L'une des fonctions principales du sommeil est de permettre au cerveau de récupérer et de s’auto-réparer"
"plus le cerveau est utilisé au cours de la journée, plus il a besoin de récupérer et donc, en conséquence, a un besoin plus important de sommeil"
"Les femmes sont davantage multi-tâches - elles font plusieurs choses à la fois et sont flexibles - elles utilisent plus leur cerveau que les hommes. A cause de ça, leur besoin en sommeil est supérieur"


Et là... ça m'a semblé très bizarre (pour des raisons que je vais expliquer plus loin).
Du coup j'ai creusé un peu et je suis rapidement tombé sur un article de Van Winkle's qui a remarqué que certaines de ces citations apparaissent sur Internet dès 2010 alors que l'étude de Duke date de 2013. Du coup ce serait des citations totalement hors contexte.
Pire, une des citations ne serait pas de Horne mais de Edward Suarez, de l'Université de Duke (ah au moins c'est un mec de l'Université qui a fait l'étude), et daterait de 2008 (ok j'ai rien dit).
Encore pire, du coup Van Winkle's est allé interroger Horne directement pour faire la lumière sur ces citations... il dit n'avoir jamais prononcé ces mots !  Et il précise :
"Je n'ai jamais dit que les femmes ont besoin de plus de sommeil, juste qu'elles ont tendance à dormir plus"
Voilà donc si j'avais une petite critique à faire au journaliste qui a rédigé cet article: les citations ne sont pas des bonnes personnes, pas des bonnes époques, pas vraies...


Ce que dit l'étude

Cette fameuse étude de l'Université de Duke dit que les impacts de la privation de sommeil sont plus violents chez les femmes que chez les hommes.

En conclure qu'elles doivent dormir plus que les hommes c'est aussi crétin que si je disais: "si on prive d'eau une femme elle meurt plus vite qu'un homme, donc il faut que les femmes boivent plus d'eau" non on s'en fout, ce qu'il faut c'est qu'elles se laissent pas priver d'eau.
Ben là c'est pareil, la seule chose à conclure c'est que les femmes ont plus besoin de ne pas être privées de sommeil. 
C'est subtile: elles n'ont pas besoin de plus de sommeil, elles ont plus besoin d'assez de sommeil.

Les femmes utilisent plus leur cerveau que les hommes

Ceci est peut être tout à fait vrai et on pourrait imaginer de nombreuses raisons génétiques et environnementales à ça mais ce n'est pas directement ce qui va nous intéresser ici.
Le principal problème avec cette affirmation, c'est qu'elle est souvent déduite du fait que les femmes peuvent faire plusieurs choses à la fois. Ce n'est pas aussi simple.

Je suis tombé sur un article traitant des différences de fonctionnement entre les cerveaux féminins et masculins:

En haut, des cerveaux masculins, où les connexions (en bleu) s'établissent de l'avant vers l'arrière, mais rarement entre les deux hémisphères. En bas, des cerveaux féminins, où de nombreuses connexions (en orange) relient l'hémisphère droit et l'hémisphère gauche, concentrées principalement à l'avant du cerveau.




Cette cartographie montre des différences et une complémentarité dans l'architecture du cerveau humain qui fournit une base neuronale potentielle pour expliquer pourquoi les hommes excellent dans certaines tâches et les femmes dans d'autres
Les femmes ont de meilleurs résultats en matière de concentration ou de mémorisation, alors que les hommes sont meilleurs en appréhension de l'espace
 
Si on dit que les femmes sont plus multi-tâches que les hommes, qu'elles peuvent faire plusieurs choses à la fois, etc. ça ne signifie pas forcément qu'elles utilisent plus leur cerveau.
En effet, il se peut tout simplement que leur cerveau soit mieux câblé pour ça que celui des hommes et qu'à dépense d'énergie équivalente, elles soient plus à même de faire plusieurs choses en même temps. Mais ça ne signifierait pas qu'elles sollicitent plus leur cerveau, juste qu'il utilise mieux cette énergie sur ce domaine.

Donc j'ignore si les femmes sollicitent plus leur cerveau ou non, mais si quelqu'un entend le prouver seulement sur la base qu'elles peuvent mieux paralléliser que les hommes, c'est insuffisant.
On pourrait imaginer l'argument inverse pour les hommes et il serait tout aussi faux: <bullshit:on>les hommes ont plus tendance à spatialiser les informations et à appréhender globalement les problèmes, donc ils utilisent plus leur cerveau<bullshit:off>

Dormir repose le cerveau

Là vous allez vous dire "hein? quoi même ça c'est pas vrai?". C'est peut être vrai, mais on en sait rien. Et oui, aussi incroyable que cela puisse paraître: la science ignore pourquoi nous dormons.

Vous allez me dire "ben c'est facile on dort parce qu'on a sommeil"


Si tu veux, bon disons qu'on ignore pourquoi le corps veut que nous dormions (en nous donnant sommeil).
Par exemple on sait que lorsque le corps manque de nutriments, il déclenche la faim (en sécrétant la ghréline, le cortisol, etc.) pour nous faire manger, pour obtenir ces nutriments.
La raison qui pousse le corps à nous donner sommeil (en sécrétant la mélatonine) reste un mystère.

On a tout de suite envie de dire "ben c'est pour que le cerveau se repose". 
Et bien lors du sommeil paradoxal (celui où on rêve), le cerveau consomme autant d'énergie qu'éveillé. Donc même si le sommeil servait à reposer le cerveau ça n'expliquerait que le sommeil lent (celui où on ne rêve pas). 
Et d'ailleurs pendant le sommeil lent, l'activité cérébrale diminue beaucoup, mais on n'est pas si loin du niveau d'un cerveau réveillé devant Hanouna.

Donc si ça servait juste à reposer le cerveau, la sélection naturelle aurait dû favoriser un état ralenti (comme quand on regarde TF1) au lieu du nous mettre dans les pommes pendant 8h nous exposant à tous les prédateurs.
Aussi, entre un jour où vous avez utilisé votre cerveau 2 fois plus que d'habitude (une journée à résoudre des problèmes d'algèbre non linéaire), vous n'allez pas pour autant dormir 16 heures. Inversement si vous passez votre journée devant la télé sans rien faire, vous n'allez pas dormir que 4 heure la nuit non plus.
Donc le sommeil ne semble pas dépendre du niveau de fatigue de notre cerveau.

Le sommeil ne sert pas non plus à nous redonner de l'énergie. L'énergie elle vient des glucides, lipides, protéines qu'on ingurgite et lorsque les hormones du sommeil nous font somnoler et nous donnent cette impression d'être faible... ce n'est qu'une impression. L'énergie est toujours là, disponible, et si vous décidiez d'aller courir 10 bornes vos muscles y arriveraient aussi bien qu'en plein jour.

Il y a une foultitude de questions sur le rôle du sommeil qui sont encore ouvertes. C'est pour ça que le côté très catégorique des citations de l'article de The Australian m'avait mis la puce à l'oreille: sachant qu'on ignore énormément de choses sur le sommeil, c'était très suspect d'entendre un scientifique lâcher un truc comme "plus vous utilisez votre cerveau, plus il a besoin de récupérer et donc plus vous avez besoin de sommeil".

Pour voir à quoi sert le sommeil, il y a un protocole expérimental qui vient tout de suite à l'esprit: on prive un individu de sommeil et on voit ce qui pète et donc on saura que le sommeil servait à conserver ce truc.

Pas si simple à tester

Vous ne pouvez pas vous suicider en arrêtant de dormir, vous aurez forcément des phases de micro-sommeil incontrôlables (comme le fait que vous ne pouvez pas vous suicidez en retenant votre respiration).
Priver un animal de sommeil nécessite donc d'agir sur lui: lui envoyer un choc électrique, le forcer à marcher à l'infini sur un tapis roulant pour ne pas tomber dans un trou, etc.
Donc on est jamais sûr que les symptômes qu'on va observer viennent de la privation de sommeil ou bien des "stimulis" externes qu'on applique. 

Une expérience célèbre a privé des rats de sommeil en les obligeant à se déplacer régulièrement pour ne pas tomber dans l'eau. 
Résultats: tous les rats meurent dans les deux semaines, soit bien plus rapidement que lors d’une privation de nourriture. Au cours de l’expérience, ils développent des lésions sur la peau, ils mangent plus et pourtant maigrissent beaucoup. Toutefois à l’autopsie, il n’a pas été possible de déterminer la cause exacte de leur mort
Avouez que c'est mystérieux quand même !!!

Mais est-ce que c'est l'épuisement physique dû aux déplacements incessants qui les à tué (imaginez marcher 15 jours d'affilé) donc le fait de ne pas se "reposer" ou est-ce vraiment le fait de ne pas avoir dormi.

Il existe aussi une maladie très rare: l'insomnie fatale familiale (IFF) qui prive le malade de sommeil jusqu'à ce qu'il finisse par en mourir. 
Avant de mourir, on passe par des phases de dépression, irritabilité, démence, hallucinations, troubles de l’appétit, trouble de la mémoire, etc. C'est aussi ce qu'on subit si l'on se prive trop de sommeil (sans aller jusqu'à la mort).

On peut donc supposer que le sommeil sert d'une façon ou d'une autre à maintenir l'équilibre psychique.

Trois pistes sur ce mystère

Je n'ai pas le temps et la place de parler de toutes les pistes d'explication du sommeil. Les scientifiques s'accordent globalement pour dire que le sommeil a très probablement plus d'une seule fonction principale. Trois pistes valent quand même un détour et je les ai découvertes via le blog Science Etonnante.

Les petits animaux tendent à dormir plus (20 heures pour une chauve-souris) que les gros (6 heures pour un éléphant).
A taille égale, les carnivores tendent à dormir plus que les herbivores (14 heures pour la chouette contre 6 heures pour les oies cendrées).
Ceci laisse penser que le sommeil est probablement lié d'une façon ou d'une autre au métabolisme.

Vous ne le savez peut être pas, mais une des principales causes du vieillissement et de la mort naturelle vient de l'oxydation de notre corps (oui on meurt parce qu'on rouille). L'oxygène est notre ami, sans lui on meurt en 10 minutes maxi, pourtant c'est lui qui nous tue à la fin (poésie de la nature).
Bref, l'activité naturelle du corps et les réactions chimiques qui s'y produisent génèrent ce qu'on appelle des radicaux libres qui ont un effet d'oxydation sur le corps.
Les anti-oxydants servent à éliminer ces radicaux libres, ils sont produits par le corps et viennent aussi de l'alimentation. Lorsqu'il y a plus de radicaux libres que d'anti-oxydants dans le corps, on parle de stress oxydant.
Il se pourrait que le sommeil soit une phase de purge accélérée des radicaux libres durant laquelle les réactions chimiques sont moins nombreuses (donc moins de radicaux libres sont produits) et où le corps élimine ces déchets nocifs du cerveau notamment.
Cela serait compatible avec le fait que le sommeil ait une durée qui varie peu suivant l'intensité de l'activité cérébrale, mais qui varie un peu plus selon l'activité musculaire. Ce serait aussi compatible avec les lésions cutanés observées sur les rats en privation de sommeil (les radicaux libres commenceraient à bouffer le corps).

Par rapport à la phase du sommeil paradoxal (les rêves) qui reste un mystère puisque le cerveau y est très actif (pour le coup il ne se repose pas), une hypothèse fascinante avance qu'il pourrait s'agir d'un moyen d'accélérer la maturation du cerveau en lui présentant plein de situations hypothétiques à traiter.
Le rêve serait donc à la vie ce que le simulateur de vol est au pilotage : un moyen de s’entraîner plus souvent, et sans danger.

Résumé

On ne sait pas si les femmes ont besoin de plus de sommeil.
On ne sait pas si elles utilisent plus leur cerveau que les hommes.
Même si c'était le cas, on ne sait pas si ça nécessiterait plus de sommeil.

On ne sait rien quoi, donc on évite de dire des conneries.

Cet article vous est offert par StopBitchingWith.Science, Lobby militant pour que les kellogs aient des meilleurs jouets à l'intérieur

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[DEBAT] Limitation de vitesse à 80 km/h : vers une seconde révolution française ?

[PUTACLIC] Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce