[PUTACLIC] Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce



Sud Ouest et Le Parisien prostituent la science pour faire du clic le 27 Septembre 2012:
Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce (une pensée donc pour tous ceux qui ont seulement lu le titre de cet article sans l'ouvrir mais qui n'ont pas manqué de garder cette affirmation dans leur tête)
Selon l’institut de recherche en sciences sociales Nova, la proportion de divorces parmi les ménages qui partagent les tâches domestiques de manière équitable est environ 50% plus élevée que chez ceux où l’essentiel du travail est accompli par la femme (ha ouais c'est pertinent ça... et j'ai une autre news, la proportion de divorce est environ 1000000...000% plus élevée chez les ménages qui vivent dans des pays plus grands que 2km²)
De ce dernier commentaire, vous pouvez conclure que plus on vit dans un pays grand, plus on y divorce. Où alors, vous savez que le seul pays plus petit que 2km² c'est le Vatican et que le divorce y est interdit. Et donc que ce chiffre est inutile.

Ce que dit vraiment l'étude

L'étude originale se posait la question de savoir comment le partage des tâches plus équitable dans le couple protégeait du divorce. Leur réponse est donc que, contrairement à ce qu'on pourrait attendre, ça ne semble pas protéger du tout, voir ce serait l'inverse.
Donc ils sont les premiers surpris, mais ça rassure au moins sur le fait qu'ils n'ont pas trouvé ce résultat en étant orientés sur la conclusion (ça aurait été un résultat produit par l'observatoire catholique puritain du Texas...le doute sur la méthodo aurait été de circonstance). Ici on ne se penchera donc pas sur la collecte et le traitement des données, on leur laisse le bénéfice du doute, il y a plus intéressant à aborder.

Donc, les couples qui partagent bien les tâches divorcent plus que ceux qui ne partagent pas ou peu les tâches. Il y a donc corrélation entre le partage des tâches et le taux de divorce.
Mais alors... pourquoi est-il abusif de conclure que partager les tâches provoque les divorces me direz-vous? Quand l'un augmente, l'autre augmente aussi, il doit bien y avoir un lien.


Muhahaha pauvre béotien, le fait de se poser cette question est légitime et la réponse arrive, mais sache qu'à partir du paragraphe suivant, tu seras donc déjà plus compétent que les journalistes qui ont pondu ces articles moisis aux conclusions...hâtives (et intéressées).


Cum hoc ergo propter hoc ou l'effet cigogne

La locution latine Cum hoc ergo propter hoc signifie avec ceci, donc à cause de ceci. Il s'agit d'un sophisme (donc d'une erreur de raisonnement) consistant à confondre la corrélation avec la causalité.

On dit qu'il y a "corrélation" entre deux éléments lorsqu'ils évoluent de manière semblable. On peut d'ailleurs calculer en mathématiques le coefficient de corrélation entre deux éléments (qui globalement vaut 100% si les deux courbes se confondent totalement).
On dit qu'il y a "causalité" lorsqu'un élément en provoque un autre.

Mais trêve de suspense, voici venu le moment tant attendu des exemples (Haaaaaa):
Prenons 2 éléments A et B.
A: la pointure d'un enfant
B: son niveau de connaissances en mathématiques
On observe que "plus les enfants ont des grands pieds, plus ils ont de connaissances en mathématiques".
Donc A évolue comme B.
Il y a donc corrélation entre A et B.

Cette corrélation peut avoir plusieurs raisons:
  • La causalité: A provoque B : "les grands pieds rendent meilleurs en maths" 
  • La causalité inverse: B provoque A : "étudier les maths fait pousser les pieds"
  • La causalité cyclique: A affecte B qui lui même affecte A. Avec l'exemple des pieds et des maths, c'est un peu merdique (dsl). Pensez au célèbre: plus y a de gruyère, plus y a de trous (A provoque B) mais plus y a de trous, moins y a de gruyère (B provoque l'inverse de A)
  • La causalité indirecte: A provoque C et C provoque B: "Les grands pieds permettent d'arriver à l'heure en cours de maths, arriver en cours de maths permet d'avoir un meilleur niveau"
  • La causalité tierce: il existe un C qui provoque à la fois A et B. Par exemple si C = "la croissance des enfants", C provoque A car la croissance fait pousser les pieds. Et C provoque aussi B car plus on grandit plus on en apprend en maths
  • La coïncidence: B ne dépend pas de A et vice versa, en gros c'est une coïncidence si ce n'est aucun des cas au dessus

Vous voyez donc que dire que deux éléments sont corrélés est encore loin de signifier que le premier est la cause du deuxième.

Dans l'exemple que j'ai choisi, vous aurez reconnu que l'explication valable est celle de la causalité tierce. Plus un enfant est avancé en age, plus il a de chances d'avoir des grands pieds et plus il est avancé dans les études. En gros t'as 6 ans, tu chausses du 30 et tu sais juste faire des additions, t'as 14 ans, tu fais du 43 et tu résous des équations à deux inconnues.
Donc l'âge était le facteur tiers C qui provoque en fait A et B. Un tel facteur tiers est appelé facteur confondant (ou facteur de confusion). Et il est à l'origine de ce qu'on appelle le paradoxe de Simpson qui fait beaucoup de mal aux études statistiques en leur faisant tirer de mauvaises conclusions.

Donc une causalité entre A et B induit forcément une corrélation à la base mais l'inverse n'est pas vrai: il peut tout à fait y avoir corrélation entre A et B sans y avoir causalité (s'il y a un facteur confondant ou si c'est une simple coïncidence).

On appelle, en français, le fait de confondre corrélation et causalité: l'effet cigogne. Historiquement, ça vient du fait que les communes où nichaient des cigognes avaient une natalité plus importante que les autres...et qu'on en a déduit la légende qui veut que le cigognes apportent les enfants.
En fait, il y avait des facteurs confondants: les cigognes nichent plutôt dans les villages et pas dans les grosses agglo, hors la natalité est toujours plus forte en milieu rural (car y a plus de pauvres). Il n'y avait donc pas causalité entre la présence des cigognes et le nombre d'enfants (même si c'était pas une coïncidence non plus).

Alors je vous arrête tout de suite, si vous faites partie des mecs qui pensent que c'est cool et mystérieux de dire que "les coïncidences ça n'existe pas"... alors oui et non en fait... mais quoiqu'il en soit, ça fait pas de vous un mec cool et mystérieux.
Un exemple célèbre est que le réchauffement climatique est fortement corrélé à la disparition des pirates des caraïbes. Bon à l'échelle de ce qu'on peut manipuler comme chaîne de causalité directe...c'est juste une coïncidence. J'espère bien que tout le monde se rend compte qu'en stoppant la disparition des pirates, on ne va pas diminuer le réchauffement climatique.
EN REVANCHE, il est très difficile, voir impossible, de prouver l'absence d'un facteur confondant. On peut toujours estimer qu'il existe peut être un élément tiers, qu'on n'a pas encore identifié, qui a contribué à la fois à faire disparaître les pirates et aussi à augmenter le réchauffement climatique. Tfaçon, philosophiquement on en revient toujours à dire que tout vient du big bang hein, donc le big bang c'est le facteur confondant de tout ce que tu veux: il a, à la fois, provoqué la disparition des pirates et le réchauffement. Voilà donc c'est possible, mais à notre échelle on s'en fout, donc OUUUIIIIIIII on considère bien qu'il existe des coïncidence, au moins pour distinguer les causalités évidentes des causalités hypothético-philosophiques des hipsters.

Si vous voulez vous convaincre de la présence des coïncidences dans notre quotidien, le site spurious correlations s'est amusé à recenser les corrélations les plus loufoques. Bonne chance si vous voulez trouver des causalités (même tierces), par exemple:


Voilà, donc on a les dépenses des Etats-Unis dans la science, l'espace et la technologie qui sont corrélées à plus de 99% avec le nombre de suicides par strangulations et étouffement... have fun.




Des exemples de l'effet cigogne peuvent être:
  • Plus il y a de pompiers mobilisés contre un incendie, plus il y a de dégâts => les pompiers causent les dégâts des incendies (on conclut que A provoque B, alors qu'il s'agit d'une causalité inverse: B provoque A)
  • Plus il y a de vente de glaces, plus il y a de noyés => manger des glaces provoque la noyade (alors qu'il y a un facteur confondant: la chaleur. Quand il fait chaud on mange plus de glace et quand il fait chaud on se baigne, donc il y a plus de risques de noyade)
  • etc etc etc.
Revenons donc à nos moutons (de journalistes). De l'observation qui dit que "les couples où l'homme participe aux tâches ménagères divorcent plus", ces tanches ont mis en avant que "participer aux tâches ménagères fait risquer aux homme le divorce".
Alors même que ceux qui ont produit l'étude mentionnent qu'il n'y a pas de causalité établie.


Essayons de réfléchir 2 secondes aux autres interprétations:
  • causalité inverse: c'est parce qu'ils se retrouvent à faire des tâches ménagères que les hommes finissent par divorcer (donc ce serait B qui provoque A: les hommes qui participent aux tâches "choisissent" et non pas "subissent" le divorce)
  • facteur confondant: les ménages où les tâches sont partagées sont souvent des ménages où la femme travaille, donc a un revenu, donc peut divorcer librement sans crainte de se retrouver sans ressources
  • facteur confondant: les ménages où on partage les tâches sont plus "modernes" que ceux "à l'ancienne" où la femme conserve toutes les tâches. Or dans les couples "à l'ancienne", on divorce beaucoup moins car le mariage est beaucoup plus sacré (c'est l'explication avancée par ceux qui ont fait l'étude)
  • facteur confondant: ce sont plutôt les jeunes couples qui partagent les tâches, les vieux de 70 ans sont encore à l'ancienne. Or c'est plutôt quand ton mariage est récent que t'as plus de chances de divorce (quand t'as passé 40 ans avec bobonne et qu'il te reste que 5 ans d'espérance de vie, divorcer ça vaut pas vachement le coup). Donc les vieux couples vont pourrir les résultats
Toutes ces explications paraissent plus plausibles que celle des journalistes: "Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce" qui laisse penser un truc du style "un homme qui aide à la maison passe pour une mauviette et du coup il apparaît moins viril auprès de sa femme et elle finit par le larguer". Alors c'est possible hein...mais bon c'est pas ça quoi.

Il se trouve que plusieurs contenus des articles putaclic finissent par mentionner que les chercheurs disent qu'il n'y a pas de causalité. Donc ils le savent, s'ils mettent ce titre faux, c'est en connaissance de cause, pour faire du clic, pour vendre plus cher leur espace publicitaire. Et répandre de la fausse information (ou même de l'information imprécise) pour un journaliste ça ne devrait pas être le sport national que c'est en train de devenir (en science mais aussi dans d'autres domaines...en fait ce sont les domaines ou l'information est respectée que j'ai du mal à trouver).

Résumé

Votre femme ne vous larguera pas car vous l'aidez à la maison

PS: Sachez que la seule façon un peu propre d'échapper aux facteurs de confusion consiste à mener des études prospectives et non pas rétrospectives...mais ce sera pour une prochaine fois.

Sources

La publication originale des chercheurs de NOVA
L'article wikipedia sur l'effet cigogne
L'excellente vidéo de science étonnante sur le paradoxe de simpson
Un vidéo de e-penser sur l'effet cigogne (alors en fait je l'avais jamais vue avant de chercher des liens cool pour la fin de mon article et je me rends compte que c'est quasiment un copié collé de ce que j'ai écrit... et je sais pas si je dois avoir le seum ou plutôt me dire que je suis sur la bonne voie car il fait du taf de qualité...)

Cet article vous est offert par StopBitchingWith.Science, Lobby militant pour que les kellogs aient des meilleurs jouets à l'intérieur

Posts les plus consultés de ce blog

[DEBAT] Limitation de vitesse à 80 km/h : vers une seconde révolution française ?

[PUTACLIC] Les femmes ont besoin de plus de sommeil parce que leur cerveau exécute plus de tâches en même temps